Les 7 hormones qui transforment votre corps !

Retrouvez le 4e podcast et article de Révolution Maigrir, “les 7 hormones qui transforment votre corps” ! De la sensation de faim au développement de kilos superflus, retrouvez les notions hormonales indispensables pour atteindre vos objectifs physiques.

Appuyez sur “Play” pour l’écouter ou cliquez ici pour le recevoir directement sur votre appareil (par exemple pour l’écouter sur votre smartphone).

Le corps humain est une fabuleuse machine régie par une multitude de réactions physiologiques permettant la vie! Certains de ces mécanismes biologiques vont bien au-delà du fonctionnement de l’organisme et peuvent également avoir des répercussions sur la forme physique. Les nombreuses hormones sécrétées par l’Homme s’inscrivent parfaitement dans cette relation.

À ce jour, 7 hormones ont le pouvoir de transformer votre aspect corporel ! Ces dernières sont véritablement susceptibles de vous métamorphoser en un modèle de vitalité, ou l’inverse ! Découvrez dans cet article quelles sont ces hormones qui rythment notre vie jusqu’à influencer le poids sur la balance.

Avant tout, qu’est-ce qu’une hormone ?

Une hormone est une substance naturelle chimique formée par une ou plusieurs divisions de l’organisme appelé organe glandulaire ou glande endocrine (exemple : rein, cerveau, thyroïde, etc.). Une fois produite, cette matière est véhiculée par le sang jusqu’à la destination d’un organe ou tissu cible de l’organisme. Elle engendre plusieurs effets tels que l’activation, la régulation ou l’inhibition d’un point récepteur (organe ou tissu).

En résumé, l’hormone peut être perçue comme un messager qui assure la communication et la coordination entre différentes parties du corps.

Les 7 hormones qui impactent le plus votre forme physique !

Le bon fonctionnement de l’organisme est dicté par la loi d’un parfait équilibre et les hormones y contribuent grandement ! Cette relation permet au corps de s’adapter en permanence à son environnement. Cependant, les hormones peuvent faire l’objet de dérèglements et provoquer ainsi des troubles physiologiques et/ou physiques.

Parmi d’autres, le surpoids et l’obésité représentent les conséquences majeures de ces bouleversements hormonaux. Afin d’éviter de tels inconvénients, retrouvez dans cet article les substances les plus influentes de notre aspect physique. Voici donc les 7 hormones que vous devez absolument connaitre et maitriser pour obtenir une forme idéale :

Insuline, l’hormone qui transforme tous vos excès en graisse !

L’insuline est de loin l’hormone la plus influente de votre état physique. Cette substance antidiabétique sécrétée par le pancréas a pour rôle de réguler la glycémie (taux de sucre dans le sang). Effectivement, après un repas, la glycémie augmente et l’insuline est libérée pour rétablir un taux de sucre sanguin conforme (environ 1g/litre de sang). C’est en quelque sorte le garde-fou d’un parfait équilibre énergétique dans le sang.

En quoi l’insuline peut-elle provoquer surpoids et obésité ?

Comme cité précédemment, l’insuline entre en jeux lorsque la glycémie s’amplifie. Cependant, la véritable question à se poser c’est, que fait-elle de l’excès de glucose (état du sucre dans le sang) ? Malheureusement, cette surabondance de sucre ne disparait pas d’un coup de baguette magique! L’excès de sucres a donc trois destinations possibles :

  • Les muscles : le tissu musculaire est très vorace en énergie et tire la majeure partie de sa productivité du sucre.
  • Le foie : Une partie du glucose sanguin est stockée dans le foie pour former les réserves hépatiques. Cela dit, ces réserves sont limitées.
  • Cellules graisseuses : une fois que les deux premières destinations sont saturées (muscles et foie), le surplus de sucre est converti en graisse et instantanément stocké dans les adipocytes (cellules graisseuses).

 Des pics insuliniques importants et fréquents conduisent inévitablement à la formation de graisse ! D’autre part, lorsque ces derniers apparaissent de manière récurrente, l’organisme devient plus résistant aux actions de l’insuline et laisse place à un terrain pathologique (exemple : diabète de type 2). De quoi tracer une voie rapide vers le surpoids et contrecarrer vos projets de remise en forme.

Comment y remédier ?

L’insuline est indispensable à notre bien-être et n’est surement pas à diaboliser ! Seules les interventions excessives et démesurées provoqueront des effets indésirables. Pour les éviter, essayez autant que possible de consommer des repas aux proportions adaptées et réduites en glucides (sucres). Associé à cela, espacez vos prises alimentaires et contournez les grignotages intempestifs. Ces nouvelles habitudes vous permettront aisément de baisser les taux d’insuline pour retrouver la forme !

Pour tout savoir en plus, cliquez ici et retrouvez l’article, “l’insuline, l’hormone qui vous fait grossir”!

La ghréline, l’hormone de la faim !

La ghréline est produite principalement par certaines cellules de l’estomac et dans une moindre mesure, dans le pancréas et l’hypothalamus (région du cerveau). Cette hormone considérée comme l’antagoniste de la leptine, augmente avant les prises alimentaires et stimule l’appétit. C’est de cette dernière que nous tirons la sensation de faim à l’approche d’un repas.

En quoi un excès de ghréline peut-il être néfaste ?

De mauvais comportements alimentaires peuvent engendrer une suractivité de la ghréline en indiquant de fausses faims. C’est notamment le cas des consommations trop sucrées qui provoquent des fringales. Il s’agit de ces petites faims intempestives qui alourdissent facilement le nombre de calories absorbées sur une journée.

Une absence totale de la ghréline serait tout aussi dommageable ! C’est le cas lorsque les consommations se multiplient et que les délais entre les repas principaux ne sont pas respectés. En revanche, si les prises alimentaires sont suffisamment éloignées, la présence de ghréline stimule la production d’hormone de croissance. Hormone anti-âge indispensable pour brûler plus de graisse (détaillée plus bas).

Comment réguler la ghréline ?

De mauvaises répartitions et déséquilibres alimentaires sont inexorablement nocifs pour notre organisme. Au contraire, des repas à heures fixes associés à des consommations favorisant la sensation de satiété, contre efficacement les instabilités de la ghréline. Pour y donner suite, évitez les grignotages inopportuns et privilégiez la consommation d’aliments rassasiants sur vos repas principaux.

La leptine, l’hormone qui stoppe l’appétit !

La leptine est une hormone peptidique qui est déversée et véhiculée dans la circulation sanguine par les cellules graisseuses abdominales. Cette substance régule les stocks de graisses de l’organisme et procure la sensation de satiété. Sans son intervention, nous pourrions manger indéfiniment sans jamais obtenir satisfaction.

En quoi un dérèglement de la leptine réduit-il en pièces vos espoirs physiques ?

Cette hormone intervient par opposition à la ghréline. En clair, le taux de leptine augmente quand celui de la ghréline diminue ! Elle est donc essentielle pour réguler les prises alimentaires selon nos besoins physiologiques. Cependant, son entrée en jeu n’est pas instantanée. La leptine atteint son potentiel maximum à environ 20 minutes lorsque nous mangeons. D’où l’importance de prendre le temps de se restaurer et d’écarter ainsi les excès caloriques !

Comment assurer les effets de la leptine ?

Un manque de leptine augmente l’affinité pour un certain type d’aliments et engendre à coup sûr un surpoids. Pour veiller à obtenir des taux suffisants, tout comme avec la ghréline, les bons comportements alimentaires sont ici de rigueur. À l’inverse, une mauvaise répartition alimentaire et des déséquilibres caloriques perturberont l’efficacité du tandem hormonal ghréline/leptine.

Pour appuyer les effets de la leptine, imposez-vous un temps adéquat pendant vos repas en favorisant une bonne et longue mastication. De cette manière, le délai de vos prises alimentaires s’étalera facilement jusqu’à une sécrétion optimale de la leptine.

Hormones thyroïdiennes, les substances addictes aux sucres !

Comme leur appellation l’indique, les hormones thyroïdiennes sont produites par la thyroïde. Cette glande endocrine en forme de papillon est logée au niveau du coup et sécrète les substances suivantes :

  • La thyroxine, aussi appelée T4
  • Et la T3 qui dérive de la première par perte d’un atome d’iode.  

Ces dernières ont un rôle global sur la régulation de la température corporelle et le métabolisme basal (utilisation énergétique d’un corps au repos).

L’hypothyroïdie, ou comment la graisse se forme malgré le sport et les régimes !

Une baisse du fonctionnement thyroïdien fait le nid de plusieurs symptômes tels que de la frilosité, de la fatigue psychologique et motrice, de la constipation, des règles abondantes, de la dépilation de la queue du sourcil et surtout, de la prise de poids ! L’excès pondéral provoqué par une insuffisance thyroïdienne survient de manière progressive et sournoise. C’est la raison pour laquelle le lien entre thyroïde et surpoids ne tombe pas d’emblée sous l’évidence.

Une prise de poids causé par de l’hypothyroïdie n’est justifiée par aucun excès calorique ou manque d’activité ! De même, elle ne résulte pas non plus d’un phénomène de reprise du poids perdu (effet yoyo) puisqu’elle n’a pas été précédée d’une restriction calorique particulière. Mais surtout, elle semble très résistante, et cela, même lorsque des efforts alimentaires et physiques sont exemplaires.

Rétablir l’équilibre des hormones thyroïdiennes !

Les dérèglements de la thyroïde sont plus fréquents qu’on ne le croit et davantage chez la femme quinquagénaire ! Cependant, rien n’est voué à l’échec ! Si vous faites face à ces complications, sachez que tout peut s’améliorer. Et pour cela, l’unique approche à adopter est de relancer le « booster métabolique » de la thyroïde. C’est-à-dire redonner un coup de fouet au fonctionnement thyroïdien, en recréant les conditions appropriées d’une sécrétion hormonale suffisante.

Pour un rééquilibrage de la thyroïde, épousez un mode de vie calme et sans stress associé une activité physique régulière. Additionné à cela, renoncez au plus vite au tabac si vous êtes fumeur. Effectivement, le tabac inhibe les effets de l’iode qui est indispensable dans la production thyroïdienne.

Au niveau alimentaire, le manque d’iode et l’hypothyroïdie peuvent être compensés par une consommation assidue des produits de la mer. Des aliments comme des crustacés, des coquillages ou des poissons bleus représentent d’excellentes sources! Pour plus d’efficacité, une complémentation en sélénium et en zinc peut être également envisagée (avis médical suggéré).

 Cortisol, l’hormone du stress !

Le cortisol est une substance sécrétée par les glandes surrénales (partie supérieure des reins) qui est produite à chaque fois que nous sommes exposés à un stress. En cas de situation déstabilisante, c’est de cette hormone que nous tirons nos capacités réactives en libérant l’énergie nécessaire pour nous défendre.

Le stress augmente, le cortisol augmente… les kilos aussi !

La sécrétion de cortisol présente un pic maximal le matin ! Cette dernière nous permet de nous tenir en éveil en augmentant l’attention. Cependant, cette hormone est très sensible aux situations oppressantes et s’intensifie en même temps que le stress ressenti. Dans de telles situations, l’organisme passe en mode « combat » et nécessite des besoins énergétiques plus importants. D’où les exigences impératives d’aliments gras et sucrés !

Associés à ces contraintes, le manque de discernement des situations stressantes et la sédentarité causent des surplus énergétiques non utilisés. Lorsque ces conditions se répètent et persistent, l’excès adipeux (graisse) arrondit généreusement la forme corporelle et ajoute quelques unités sur votre balance.

Pour prévenir une surabondance de cortisol, contournez la surexposition au stress !

Afin d’écarter les fâcheux effets d’un taux de cortisol trop important, il suffit d’éviter toutes sources de stress ! Malheureusement, ceci est plus facile à dire qu’à faire !

Pour être vraiment efficace, attaquez le mal à la racine en vous levant tôt et en étant le plus actif possible (exercice physique, travaux manuels, marche, etc.). En effet, comme le cortisol est secrété majoritairement à l’aube, l’activité physique matinale va diminuer le niveau de stress et par conséquent les taux de cortisol.

Si vous souhaitez en savoir plus sur une activité physique qui vous permet de maigrir tout en contrant les effets du stress, cliquez ici et retrouvez l’article, “débutant, mon premier programme sportif pour perdre du poids”!

Au niveau alimentaire, absorbez plus d’acides gras oméga 3. La consommation d’huiles végétales (colza, lin, etc.) ou de poissons gras (saumon, thon, etc.) représente d’excellentes sources. Utilisés régulièrement, ces derniers font chuter les taux d’adrénaline et cortisol au profit de la sérotonine (hormone du bien-être).

Mélatonine, l’hormone du sommeil !

La mélatonine est une substance sécrétée par l’épiphyse (partie du cerveau) et également au niveau de la rétine de l’œil. Sa production est étroitement liée à la lumière ou la clarté du jour la diminue et l’obscurité de la nuit l’augmente. Elle a pour rôle principal de réguler notre rythme circadien (ou horloge biologique) en adaptant nos besoins physiologiques sur un cycle de 24 heures (manger, dormir, etc.).

Les dérèglements de la mélatonine portent préjudice à votre forme physique !

La mélatonine dérive d’une modification nocturne de la sérotonine (hormone du bien-être). C’est l’hormone par excellence qui régule tous nos rythmes biologiques comme la glycémie, l’appétit et surtout le sommeil. Une insuffisance de cette dernière cause des symptômes comme des difficultés à s’endormir, des nuits perturbées, un décalage horaire ou des réveils anticipés.

De telles complications engendrent une lutte permanente contre la fatigue et orientent nos comportements alimentaires. C’est la raison pour laquelle les consommations grasses et sucrées sont privilégiées lorsque nous luttons contre la fatigue. Le besoin imminent d’énergie pour tenir l’organisme en éveil nous incite donc à consommer des produits hypercaloriques et rapidement assimilables. De quoi ralentir tout processus d’amaigrissement !

Comment rétablir l’efficacité de la mélatonine ?

Pour récupérer tous les bénéfices de cette hormone, rechargez-vous en mélatonine avec une bonne alimentation. Vous pouvez retrouver cette substance dans le maïs, le riz, les tomates, les pommes de terre, les bananes, et particulièrement en abondance dans les oléagineux comme les noix et les noisettes.

Additionné à cela, essayez de respecter au maximum l’alternance lumière/obscurité. Exposez-vous autant que possible à la lumière du jour et favorisez une luminosité douce et tamisée en fin de journée. De plus, recadrez vos heures de sommeil en essayant de vous lever plus tôt. Ainsi, les journées vous paraitront plus longues, et le moment du coucher mieux accueilli.

STH et DHEA, les hormones anti-vieillissements !

La combinaison hormonale STH/DHEA forme un habile tandem dans un but commun, celui de contrer et ralentir les processus de vieillissement !

DHEA !

La DHEA (déhydroépiandrostérone) est une hormone anabolisante produite par les glandes surrénales. Elle atteint son pic de sécrétion autour de trentaine et diminue progressivement au fil de l’âge. Cette dernière est assimilée à la préservation de la jeunesse. Effectivement, la DHEA procure de l’énergie, augmente le tissu musculaire, offre une meilleure résistance au stress, stimule la libido et améliore le bien-être. Une vraie formule 1 parmi ses semblables !

STH ou hormone de croissance !

Également appelée somatropine, elle est secrétée par une petite glande logée dans le cerveau nommée l’hypophyse. Sa production est maximale pendant le sommeil entre 23h et 3h du matin. Elle aussi possède plusieurs rôles : elle active les processus de croissance et développement cellulaire, elle brule les graisses, densifie le tissu musculaire et améliore le système immunitaire. Tout comme la DHEA, elle siège sur la plus haute marche du podium des hormones !

En quoi une insuffisance de ce couple hormonale peut-elle nuire à votre anatomie ?

Avec l’étalage de leurs fonctions, il est facile de comprendre pourquoi une déficience impacterait directement l’aspect corporel. Sur le plan physique, l’apparition de rides, l’atrophie musculaire, la diminution de la force, de l’endurance, de la souplesse et l’augmentation de la masse adipeuse (graisse corporelle) sont les signes d’une production hormonale qui s’amenuise.

Au fur et à mesure que nous prenons de l’âge, la formation de ces hormones s’affaiblit. Ajoutées à cela, les mauvaises habitudes alimentaires viennent accentuer ces effets. C’est notamment le cas de l’hormone de croissance qui diminue avec la consommation de calories et davantage avec l’absorption de produits à indices glycémiques élevés (prédominance de sucre). De quoi facilement compromettre vos projets de remise en forme !

Comment conserver la productivité de ces hormones ?

Il existe de nombreuses alternatives saines pour relancer et maintenir des taux de DHEA et STH convenables. En ce qui concerne les règles diététiques, moins vous consommez de calories, plus vous vivrez mieux et longtemps ! Évidemment, cela ne veut pas dire qu’il faille se soustraire de toute source alimentaire. Essayez seulement d’orienter vos consommations selon vos besoins en respectant une durée de 4 à 5 heures entre chaque repas. De même, réduisez autant que possible les aliments trop sucrés ou à indice glycémique élevé. Ces derniers augmentent les taux d’insuline qui inhibe l’hormone de croissance !

Pour tout savoir sur la définition et l’importance du sucre contenu dans les aliments, cliquez ici et retrouvez l’article, “index glycémique, la notion essentielle pour une alimentation saine”!

Associez à cela, adoptez une meilleure hygiène de vie avec un sommeil de qualité et une activité physique régulière. Imposez-vous une routine sportive au moins trois fois par semaine et faites place à une courte sieste dans la journée. La combinaison sport et repos est de loin l’indétrônable solution pour booster vos hormones de jouvence, et ce, à tout âge !

Le petit plus du coach !

“Il n’y a pas l’ombre d’un doute, les hormones rythment notre quotidien et ont des répercussions à tous les niveaux de notre être ! Pour ma part, dans n’importe quel objectif d’amélioration physique, elles ne peuvent être négligées ! Si vous aussi, vous êtes en quête d’une amélioration corporelle, je vous conseille vivement de vous familiariser avec ces notions. Vous comprendrez ainsi comment fonctionne votre organisme et vous gagnerez un temps précieux pour atteindre votre idéal physique”.

“Si, comme la plupart des personnes dont je m’occupe en coaching, cela vous parait long ou trop difficile à comprendre, essayez juste d’appliquer les règles de bases d’une bonne hygiène de vie. À savoir : une alimentation la plus saine possible, un sommeil réparateur et une activité sportive régulière. La simple réalisation de ces derniers points vous garantit une parfaite fonction hormonale menant à une forme irréprochable” !


Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à me dire ce qui vous a plu dans les commentaires et surtout quels sont les sujets que vous aimeriez voir développer 😉 !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*